jump to navigation

Liens de famille octobre 10, 2013

Posted by My profile in Études Spirites, Le Livre des Esprits, Paix.
add a comment

773. Pourquoi, chez les animaux, les parents et les enfants ne se reconnaissent-ils plus lorsque ceux-ci n’ont plus besoin de soins?

« Les animaux vivent de la vie matérielle, et non de la vie morale, La tendresse de la mère pour ses petits a pour principe l’instinct de conservation des êtres auxquels elle a donné le jour; quand ces êtres peuvent se suffire à eux-mêmes, sa tâche est remplie, la nature ne lui en demande pas davantage; c est pourquoi elle les abandonne pour s’occuper des nouveaux venus. »

774. Il y a des personnes qui infèrent de l’abandon des petits des animaux par leurs parents que, chez l’homme, les liens de famille ne sont qu’un résultat des moeurs sociales et non une loi de nature qu’en devons-nous penser?

« L’homme a une autre destinée que les animaux pourquoi donc toujours vouloir l’assimiler à eux? Chez lui, il y a autre chose que des besoins physiques il y a la nécessité du progrès les liens sociaux sont nécessaires au progrès, et les liens de famille resserrent les liens sociaux voilà pourquoi les liens de famille sont une loi de nature. Dieu a voulu que les hommes apprissent ainsi à s’aimer comme des frères. » (205) .

775. Quel serait, pour la société, le résultat du relâchement des liens de famille?

« Une recrudescence d’égoïsme. »

Publieé sur les Editions De L’Union Spirite Kardeciste Belge (1954).

***

Autres informations :

– Notres Études spirites – publiés tous les Jeudis

Questions et Réponses

« Le Livre des Esprits » disponible pour le téléchargement gratuit – version de site Domaine Public

– Pour connaître les Oeuvres Basiques de la Doctrine Espirite Chrétienne, cliquez ici  

Justice de la réincarnation octobre 3, 2013

Posted by My profile in Études Spirites, Le Livre des Esprits, Paix, Questions et Réponses.
add a comment

Sur quoi est fondé le dogme de la réincarnation?

« Sur la justice de Dieu et la révélation, car nous vous le répétons sans cesse: Un bon père laisse toujours à ses enfants une porte ouverte au repentir. La raison ne te dit-elle pas qu’il serait injuste de priver sans retour du bonheur éternel tous ceux de qui il n’a pas dépendu de s’améliorer? Est-ce que tous les hommes ne sont pas les enfants de Dieu? Ce n’est que parmi les hommes égoïstes qu’on trouve l’iniquité, la haine implacable et les châtiments sans rémission. »

Tous les Esprits tendent à la perfection, et Dieu leur en fournit les moyens par les épreuves de la vie corporelle; mais dans sa justice, il leur réserve d’accomplir, dans de nouvelles existences, ce qu’ils n’ont pu faire ou ache »er dans une premiére épreuve.

Il ne serait ni selon l’équité, ni selon la bonté de Dieu, de frapper à jamais ceux qui ont pu rencontrer des obstacles à leur amélioration en dehors de leur volonté et dans le milieu même oû ils se trouvent placés. Si le sort de l’homme était irrévocablement fixé aprés sa mort, Dieu n’aurait point pesé les actions de tous dans la même balance, et ne les aurait point traités avec impartialité.

La doctrine de la réincarnation, c’est-à-dire celle qui consiste à admettre pour l’homme plusieurs existences successives, est la seule qui réponde à l’idée que nous nous faisons de la justice de Dieu à l’égard des hommes placés dans une condition morale inférieure, la seule qui puisse nous expliquer l’avenir et asseoir nos espérances, puisqu’elle nous offre le moyen de racheter nos erreurs par de nouvelles épreuves, La raison nous l’indique et les Esprits nous l’enseignent.

L’homme qui a la conscience de son infériorité puise dans la doctrine de la réincarnation une espérance consolante. S’il croit à la justice de Dieu, il ne peut espérer être pour l’éternité l’égal de ceux qui ont mieux fait que lui. La pensée que cette infériorité ne le déshérite pas à tout jamais du bien suprême, et qu’il pourra la conquérir par de nouveaux efforts, la soutient et ranime son courage. Quel est celui qui, au terme de sa carrière, ne regrette pas d’avoir acquis trop tard une expérience dont il ne peut plus profiter? Cette expérience tardive n’est point perdue; il la mettra à profit dans une nouvelle vie.

Publieé sur les Editions De L’Union Spirite Kardeciste Belge (1954).

***

Autres informations :

– Notres Études spirites – publiés tous les Jeudis

Questions et Réponses

« Le Livre des Esprits » disponible pour le téléchargement gratuit – version de site Domaine Public

– Pour connaître les Oeuvres Basiques de la Doctrine Espirite Chrétienne, cliquez ici  

Sacrifices mai 6, 2010

Posted by My profile in Études Spirites, Le Livre des Esprits, Paix, Questions et Réponses.
Tags: , , , , ,
add a comment

L’usage des sacrifices humains remonte à la plus haute antiquité. Comment l’homme a-til pu être porté à croire que de pareilles choses pussent être agréables à Dieu?

« D’abord, parce qu’il ne comprenait pas Dieu comme étant la source de la bonté; chez jes peuples primitifs, la matière l’emporte sur l’esprit; ils s’abandonnent aux instincts de l’a brute, c’est pourquoi ils sont généralemcnt cruels, parce que le sens moral n’est point encore développé en eux. Ensuite, les hommes primitifs devaient croire naturellement qu’une créature animée avait beaucoup plus de prix aux yeux de Dieu qu’un corps matériel. C’est ce qui les a portés à immoler d’abord des animaux, et plus tard des hommes, puisque, suivant leur croyance fausse, ils pensaient que le prix du sacrifice était en rapport avec l’importance de la victime. Dans la vie matérielle, telle que vous la pratiquez pour la plupart, si vous offrez un cadeau à quelqu’un, vous le choisissez toujours d’une valeur d’autant plus grande que vous voulez témoigner à la personne plus d’attachement et de considération. Il devait en être de même des hommes ignorants à l’égard de Dieu. »

– Ainsi, les sacrifices des animaux auraient précédé les sacrifices humains?

« Cela n’est pas douteux. »

– D’après cette explication, les sacrifices humains n’auraient pas leur source dans un sentiment de cruauté?

« Non, mais dans une idée fausse d’être agréable à Dieu. Voyez Abraham. Par la suite, les hommes en ont abusé en immolant leurs ennemis, même leurs ennemis particuliers. Du reste, Dieu n’a jamais exigé de sacrifices, pas plus celui des animaux que celui des hommes; il ne peut être honoré par la destruction inutile de sa propre créature. »

670. Est-ce que les sacrifices humains, accomplis avec une intention pieuse, ont quelquefois pu être agréables à Dieu?

« Non, jamais; mais Dieu jugt l’intention. Les hommes étant ignorants pouvaient croire qu’ils faisaient une acte louable en immolant un de leurs semblables; dans ce cas, Dieu ne s’attachait qu’à la pensée et non au fait, Les hommes, en s’améliorant, devaient reconnaître leur erreur et réprouver ces sacrifices qui ne devaient pas entrer dans l’idée d’esprits éclairés; je dis éclairés, parce que les Esprits étaient alors enveloppés du voile matériel; mais par le libre arbitre, ils pouvaient avoir un aperçu de leur origine et de leur fin, et beaucoup comprenaient déjà, par intuition, le mal qu’ils faisaient, mais ils ne l’accomplissaient pas moins pour satisfaire leurs passions. »

671. Que devons-nous penser des guerres dites sacrées? Le sentiment qui porte les peuples fanatiques à exterminer le plus possible, en vue d’être agréables à Dieu, ceux qui ne partagent pas leurs croyances, semblerait avoir la même source que celui qui les excitait jadis aux sacrifices de leurs semblables?

« Ils sont poussés par les mauvais Esprits, et en faisant la guerre à leurs semblables ils vont contre la volonté de Dieu qui dit qu’on doit aimer son frère comme soi-même. Toutes les religions, ou plutôt tous les peuples, adorant un même Dieu, qu’il porte un nom ou qu’il en porte un autre, pourquoi leur faire une guerre d’extermination, parce que leur religion est différente ou n a pas encore atteint le progrès de celle des peuples éclairés? Les peuples sont excusables de ne pas croire à la parole de celui qui était animé de l’Esprit de Dieu et envoyé par lui, surtout lorsqu’ils ne l’ont pas vu et qu’ils n’ont pas été témoins de ses actes et comment voulez-vous qu’ils croient à cette parole de paix, quand vous allez la leur donner le fer à la main? Ils doivent s’éclairer, et nous devons chercher à leur faire connaître sa doctrine par la persuasion et la douceur, et non par la force et le sang. Pour la plupart, vous ne croyez pas aux communications que nous avons avec certains mortels; pourquoi voudriez-vous que des étrangers vous crussent sur parole, quand vos actes démentent la doctrine que vous prêchez? »

672. L‘offrande des fruits de la terre, faite à Dieu, avait-elle plus de mérite à ses yeux que le sacrifice des animaux?

« Je vous ai déjà répondu en vous disant que Dieu jugeait l’intention, et que le fait avait peu d’impor tance pour lui. Il était évidemment plus agréable à Dieu de se voir offrir les fruits de la terre que le sang des victimes. Comme nous vous l’avons dit et vous le répétons toujours, la prière dite du fond du coeur est cent fois plus agréable à Dieu que toutes les offrandes que vous pourriez lui faire. Je répète que l’intention est tout et le fait rien. »

673. N’y aurait-il pas un moyen de rendre ces offrandes plus agréables à Dieu en les consacrant au soulagement de ceux qui manquent du nécessaire, et, dans ce cas, le sacrifice des animaux, accompli dans un but utile, ne serait-il pas méritoire, tandis qu il était abusif, alors qu’il ne servait à rien, ou ne profitait qu’à des gens qui ne manquaient de rien? N’y aurait-il pas quelque chose de vraiment pieux à consacrer aux pauvres les prémices des biens que Dieu nous accorde sur la terre?

« Dieu bénit toujours ceux qui font du bien; soulager les pauvres et les affligés est le meilleur moyen de l’honorer. Je ne dis pas pour cela que Dieu désapprouve les cérémonies que vous faites pour le prier, mais il y a beaucoup d’argent qui pourrait être employé plus utilement qu’il ne l’est, Dieu aime la simplicité en toutes choses. L’homme qui s’attache au dehors et non au coeur est un esprit à vues étroites; jugez si Dieu doit s’attacher à la forme plus qu’au fond.»

Fragment de l’oeuvre « Le Livre Des Esprits », recueillis et mis en ordre par Allan Kardec.

Publieé sur les Editions De L’Union Spirite Kardeciste Belge (1954).

***

Autres informations :

– Notres Études spirites – publiés tous les Jeudis    

Questions et Réponses

« Le Livre des Esprits » disponible pour le téléchargement gratuit – version de site Domaine Public  

– Pour connaître les Oeuvres Basiques de la Doctrine Espirite Chrétienne, cliquez ici  

Nécessaire et superflu avril 16, 2009

Posted by My profile in Études Spirites, Le Livre des Esprits, Paix.
Tags: , , , , , , , , , ,
add a comment

715. Comment l’homme peut-il connaître la limite du nécessaire?

 

« Le sage la connaît par intuition beaucoup la connaissent par expérience et à leurs dépens.»

 

716. La nature n’a-t-clle pas tracé la limite de nos besoins par notre organisation?

 

« Oui, mais l’homme est insatiable. La nature a tracé la limite de ses besoins par son organisation. mais les vices ont altéré sa constitution et créé pour lui des besoins qui ne sont pas les besoins réels. »

 

717. Que penser de ceux qui accaparent les biens de la terre pour se procurer le superflu au préjudice de ceux qui manquent du nécessaire?

 

« Ils méconnaissent la loi de Dieu et auront à répondre des privations qu’ils auront fait endurer.»

 

La limite du nécessaire et du superflu n’a rien d’absolu. La civilisation a créé des nécessités que n’a pas la sauvagerie, et les Esprits qui ont dicté ces préceptes ne prétendent pas que l’homme civilisé doive vivre comme le sauvage. Tout est relatif, c’est à la raison à faire la part de chaque chose.

 

La civilisation développe le sens moral et en même temps le sentiment de charité qui porte les hommes à se prêter un mutuel appui. Ceux qui vivent aux dépens des privations des autres exploitent les bienfaits de la civilisation à leur profit; ils n’ont de la civilisation que le vernis, comme il y a des gens qui n’ont de la religion que le masque.

 

 

Fragment de l’oeuvre « Le Livre Des Esprits », recueillis et mis en ordre par Allan Kardec

 

Publieé sur les Editions De L’Union Spirite Kardeciste Belge (1954)

 

***

 

            Autres informations :

 

 

– Notres Études spirites – publiés tous les Jeudis    

 

Questions et Réponses

 

« Le Livre des Esprits » disponible pour le téléchargement gratuit – version de site Domaine Public  

 

– Pour connaître les Oeuvres Basiques de la Doctrine Espirite Chrétienne, cliquez ici  

La vertu avril 9, 2009

Posted by My profile in Études Spirites, Le Livre des Esprits, Paix.
Tags: , , , , , , , , , , , , , ,
add a comment

                   La vertu, à son plus haut degré, comporte l’ensemble de toutes les qualités essentielles qui constituent l’homme de bien. Être bon, charitable, laborieux, sobre, modeste, ces qualités sont de l’homme vertueux. Malheureusement elles sont souvent accompagnées de petites infirmités morales qui les déparent et les atténuent. Celui qui fait parade de sa vertu n’est pas vertueux, puisqu’il lui manque la qualité principale: la modestie, et qu’il a le vice le plus contraire: l’orgueil. La vertu vraiment digne de ce nom n’aime pas à s’étaler; on la devine, mais elle se dérobe dans l’obscurité et fuit l’admiration des foules. Saint Vincent de Paul était vertueux; le digne curé d’Ars était vertueux, et beaucoup d’autres peu connus du monde, mais connus de Dieu. Tous ces hommes de bien ignoraient eux-mêmes qu’ils fussent vertueux; ils se laissaient aller au courant de leurs saintes inspirations, et pratiquaient le bien avec un désintéressement complet et un entier oubli d’eux-mêmes.

 

 

                   C’est à la vertu ainsi comprise et pratiquée que je vous convie, mes enfants; c’est à cette vertu vraiment chrétienne et vraiment spirite que je vous engage à vous consacrer; mais éloignez de vos coeurs la pensée de l’orgueil, de la vanité, de l’amour propre qui déparent toujours les plus belles qualités. N’imitez pas cet homme qui se pose comme un modèle et prône lui-même ses propres qualités à toutes les oreilles complaisantes. Cette vertu d’ostentation dérohe souvent une foule de petites turpitudes et d’odieuses lâchetés.

 

 

                   En principe, l’homme qui s’exalte lui-même, qui élève une statue à sa prople vertu, annihile par ce fait seul tout le mérite effectif qu’il peut avoir. Mais que dirai-je de celui dont toute la valeur est de paraître ce qu’il n’est pas? Je veux bien admettre que l’homme qui fait le bien en ressente au fond du coeur une satisfaction intime, mais dès que cette satisfaction se traduit au dehors pour en recueillir des éloges, elle dégénère en amour-propre.

 

 

                   O vous tous que la foi spirite a réchauffés de ses rayons, et qui savez combien l’homme est loin de la perfection, ne donnez jamais dans un pareil travers. La vertu est une grâce que je souhaite à tous les sincères spirites, mais je leur dirai: Mieux vaut moins de vertus avec la modestie que beaucoup avec de l’orgueil. C’est par l’orgueil que les humanités successives se sont perdues, c’est par l’humilité qu’elles doivent se racheter un jour. (FRANÇOIS, NICOLAS, MADELEINE. Paris, 1863.)

 

 

Fragment de l’oeuvre « L’Évangile selon le Spiritisme », recueillis et mis en ordre par Allan Kardec (version trouvée dans le Domaine Public)

 

Paris – Imprimerie de P. – A. BOURDIER et Ce, rue des Poitevins, 6.

 

***

 

 

            Autres informations :

 

 

– Notres Études spirites – publiés tous les Jeudis    

 

Questions et Réponses

 

« L’Évangile selon le Spiritisme  » disponible pour le téléchargement gratuit – version de site Domaine Public  

 

– Pour connaître les Oeuvres Basiques de la Doctrine Espirite Chrétienne, cliquez ici  

 

Similitudes physiques et morales mars 26, 2009

Posted by My profile in Études Spirites, Le Livre des Esprits, Paix, Questions et Réponses.
Tags: , , , , , , ,
add a comment

207. Les parents transmettent souvent à leurs enfants une ressemblance physique. Leur transmettent-ils aussi une ressemblance morale?

 

« Non, puisqu’ils ont des âmes ou des Esprits différents. Le corps procède du corps, mais l’Esprit ne procède pas de l’Esprit. Entre les descendants des races, il n’y a que consanguinité. »

 

– D’où viennent les ressemblances morales qui existent quelquefois entre les parents et leurs enfants?

 

« Ce sont des Esprits sympathiques attirés par la similitude de leurs penchants. »

 

208. L‘Esprit des parents est-il sans influence sur celui de l’enfant après sa naissance?

 

« Il en a une très grande; comme nous l’avons dit, les Esprits doivent concourir au progrès les uns des autres. Eh bien! l’Esprit des parents a pour mission de développer celui de leurs enfants par l’éducation; c’est pour lui une tâche:s ‘il y faillit, il est coupable. »

 

209. Pourquoi des parents bons et vertueux donnent-ils naissance à des enfants d’une nature perverse? Autrement dit, pourquoi les bonnes qualités des parents n’attirent elles pas toujours, par sympathie, un bon Esprit pour animer leur enfant?

 

« Un mauvais Esprit peut demander de bons parents, dans l’espérance que leurs conseils le dirigeront dans une voie meilleure, et souvent Dieu le leur confie. »

 

210. Les parents peuvent-ils, par leurs pensées et leurs prières, attirer dans le corps de l’enfant un bon Esprit plutôt qu’un Esprit inférieur?

 

« Non, mais ils peuvent améliorer l’Esprit de l’enfant qu’ils ont fait naître et qui leur est

confié: c’est leur devoir; de mauvais enfants sont une épreuve pour les parents. »

 

211. D’où vient la similitude de caractère qui existe souvent entre deux frères, surtout chez les jumeaux?

 

« Esprits sympathiques qui se rapprochent par la similitude de leurs sentiments et qui sont heureux d’être ensemble. »

 

212. Dans les enfants dont les corps sont soudés et qui ont certains organes communs, y a-t-il deux Esprits, autrement dit deux âmes?

 

« Oui, mais leur similitude n’en fait souvent qu un à vos yeux. »

 

213. Puisque les Esprits s’incarnent dans les jumeaux par sympathie, d’où vient l’aversion que l’on voit quelquefois entre ces derniers?

 

« Ce n’est pas une règle que les jumeaux n’ont que des Esprits sympathiques; des Esprits mauvais peuvent vouloir lutter ensemble sur le théâtre de la vie. »

 

214. Que penser des histoires d’enfants se battant dans le sein de la mère?

 

« Figure! Pour peindre que leur haine était invétérée, on la fait remonter avant leur naissance, Généralement, vous ne tenez pas assez compte des figures poétiques. »

 

215. D’où vient le caractère distinctif que l’on remarque dans chaque peuple?

 

« Les Esprits ont aussi des familles formées par la similitude de leurs penchants plus ou moins épurés selon leur élévation, Eh bien! un peuple est une grande famille où se

rassemblent des Esprits sympathiques. La tendance qu’ont les membres de ces familles à s’unir est la source de la ressemblance qui existe dans le caractère distinctif de chaque peuple. Crois-tu que des Esprits bons et humains rechercheront un peuple dur et grossier? Non, les Esprits sympathisent avec les masses, comme ils

sympathisent avec les individus; là, ils sont dans leur milieu. »

 

216. L‘homme conserve-t-il, dans ses nouvelles existences, des traces du caractère moral de ses existences antérieures?

 

« Oui, cela peut arriver; mais en s’améliorant, il change. Sa position sociale peut aussi n’être plus la même; si de maître, il devient csclave, ses goûts seront tout différents et vous auriez de la peine à le reconnaître. L’Esprit étant le même dans les diverses incarnations, ses manifestations peuvent avoir de l’une à l’autre certaines analogies, modifiées, toutefois, par les habitudes de sa nouvelle position, jusqu’à ce qu’un perfectionnement notable ait complètement changé son caractère, car d’orgueilleux et méchant, il peut devenir humble et humain s’il s’est repenti. »

 

217. L‘homme, dans ses différentes incarnations, conserve-t-il des traces du caractère physique des existences antérieures?

 

« Le corps est détruit et le nouveau n’a aucun rapport avec l’ancien. Cependant, l’Esprit se reflète sur le corps; certes, le corps n’est que matière, mais malgré cela il est modelé sur les capacités de l’Esprit qui lui imprime un certain caractère, principalement sur la figure, et c’est avec vérité qu’on a désigné les yeux comme le miroir de l’âme; c ‘est-à-dire que la figure, plus particulièrement, reflète l’âme; car telle personne excessivement laide a pourtant quelque chose qui plaît quand elle est l’enveloppe d’un Esprit bon, sage, humain, tandis qu’il y a des figures très belles qui ne te font rien éprouver, pour lesquelles même tu as de la répulsion. Tu pourrais croire qu’il n’y a que les corps bien faits qui soient l’enveloppe des Esprits les plus parfaits, tandis que tu rencontres tous les jours des hommes de bien sous des dehors difformes. Sans avoir une ressemblance prononcée, la similitude des goûts et des penchants peut donc donner ce qu’on appelle un air de famille. »

 

Le corps que revêt l’àme dans une nouvelle incarnation n’ayant aucun rapport nécessaire avec celui qu’elle a quitté, puisqu’elle peut le tenir d’une tout autre souche, il serait absurde de conclure une succession d’existences d’une blance qui n’est que fortuite. Cependant les qualités de l’Esprit modifient souvent les organes qui servent à leurs manifestations et impriment sur la figure, et même à l’ensemble des manières, un cachet distinct. C’est ainsi que sous l’enveloppe la plus humble, on peut trouver l’expression de la grandeur et de la dignité, tandis que sous l’habit du grand seigneur on voit quelquefois

celle de la bassesse et de l’igominie. Certaines personnes sorties de la position la plus infime prennent sans efforts les habitudes et les maniéres du grand monde. Il semble qu’elles y retrouvent leur élément, tandis que d’autres, malgré leur naissance et leur éducation, y sont toujours déplacées. Comment expliquer ce fait autrement que comme un reflet de ce qu’a été l’Esprit?

 

 

 

Fragment de l’oeuvre « Le Livre Des Esprits », recueillis et mis en ordre par Allan Kardec

 

Publieé sur les Editions De L’Union Spirite Kardeciste Belge (1954)

 

***

 

            Autres informations :

 

 

– Notres Études spirites – publiés tous les Jeudis    

 

Questions et Réponses

 

« Le Livre des Esprits » disponible pour le téléchargement gratuit – version de site Domaine Public  

 

– Pour connaître les Oeuvres Basiques de la Doctrine Espirite Chrétienne, cliquez ici  

 

 

Libre arbitre mars 12, 2009

Posted by My profile in Études Spirites, Le Livre des Esprits, Paix, Questions et Réponses.
Tags: , , , , , , , , ,
add a comment

843. L‘homme a-t-il le libre arbitre de ses actes?

 

« Puisqu’il a la liberté de penser, il a celle d’agir. Sans libre arbitre l’homme serait une machine. »

 

844. L‘homme jouit-il du libre arbitre depuis sa naissance?

 

« Il y a liberté d’agir dès qu’il y a volonté de faire. Dans les premiers temps de la vie la liberté est à peu près nulle; elle se développe et change d’objet avec les facultés. L’enfant ayant des pensées en rapport avec les besoins de son âge, il applique son libre arbitre aux choses qui lui sont nécessaires. »

 

845. Les prédispositions instinctives que l’homme apporte en naissant ne sont-elles pas un obstacle àl’exercice du libre arbitre?

 

« Les prédispositions instinctives sont celles de l’Esprit avant son incarnation; selon qu’il est plus ou moins avancé, elles peuvent le solliciter à des actes répréhensibles. et il sera secondé en cela par les Esprits qui sympathisent avec ces dispositions mais il n’y a point d’entraînement irrésistible quand on a la volonté de résister. Rappelez-vous que vouloir c’est pouvoir. » (Nº 361).

 

846. L‘organisation est-elle sans influence sur les actes’ de la vie, et si elle a une influence, n’est-ce pas aux dépens du libre arbitre?

 

« L’Esprit est certainement influencé par la matière qui peut l’entraver dans ses manifestations voilà pourquoi, dans les mondes où les corps sont moins matériels que sur la terre, les facultés se déploient avec plus de liberté, mais l’instrument ne donne pas la faculté. Au reste, il faut distinguer ici les facultés morales des facultés intellectuelles ; si un homme a l’instinct du meurtre, c est assurément son propre Esprit qui le possède et qui le lui donne, mais non pas ses organes. Celui qui annihile sa pensée pour ne s’occuper que de la matière devient semblable à la brute, et pire encore, car il ne songe plus à se prémunir contre le mal, et c’est en cela qu’il est fautif, puisqu’il agit ainsi par sa volonté. » (Voyez nº 367 et suivants. Influence de l’organisme).

 

847. L‘aberration des facultés ôte-t-elle à l’homme le libre arbitre?

 

« Celui dont l’intelligence est troublée par une cause quelconque n’est plus le maître de sa pensée, et dès lors n’a plus de liberté. Cette aberration est souvent une punition pour l’Esprit qui, dans une autre existence, peut avoir été vain et orgueilleux et avoir fait un mauvais usage de ses facultés. Il peut renaître dans le corps d’un idiot, comme le despote dans le corps d’un esclave, et le mauvais riche dans celui d’un mendiant; mais l’Esprit souffre de cette contraintedont il a parfaite conscience; c’est là qu’ est l’action de la matière. » (371 et suiv.).

 

848. L‘aberration des facultés intellectuelles par l’ivresse excuse-t-elle les actes répréhensibles?

 

« Non, car l’ivrogne s’est volontairement privé de sa raison pour satisfaire des passions brutales au lieu d’une faute il en commet deux. »

 

849. Quelle est, chez l’homme à l’état sauvage, la faculté dominante: l’instinct ou le libre arbitre?

 

« L’instinct; ce qui ne l’empêche pas d’agir avec une entière liberté pour certaines choses; mais, comme l’enfant, il applique cette liberté à ses besoins, et elle se développe avec l’intelligence; par conséquent, toi qui es plus éclairé qu’un sauvage, tu es aussi plus responsable de ce que tu fais. »

 

850. La position sociale n’est-elle pas quelquefois un obstacle à l’entière liberté des actes?

 

« Le monde a sans doute ses exigences ; Dieu est juste : il tient compte de tout, mais il vous laisse la responsabilité du peu d’efforts que vous faites pour surmonter les obstacles. »

 

 

 

Fragment de l’oeuvre « Le Livre Des Esprits », recueillis et mis en ordre par Allan Kardec

 

Publieé sur les Editions De L’Union Spirite Kardeciste Belge (1954)

 

***

 

            Autres informations :

 

 

– Notres Études spirites – publiés tous les Jeudis    

 

Questions et Réponses

 

« Le Livre des Esprits » disponible pour le téléchargement gratuit – version de site Domaine Public  

 

– Pour connaître les Oeuvres Basiques de la Doctrine Espirite Chrétienne, cliquez ici  

 

 

 

Obstacles à la reproduction février 26, 2009

Posted by My profile in Études Spirites, Le Livre des Esprits, Paix.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

693. Les lois et les coutumes humaines qui ont pour but ou pour effet d’apporter des obstacles à la reproduction sont-elles contraires à la loi de nature?

 

« Tout ce qui entrave la nature dans sa marche est contraire à la loi générale. »

 

– Cependant, il y a des espèces d’êtres vivants, animaux et plantes, dont la reproduction indéfinie serait nuisible à d’autres espèces et dont l’homme lui-même serait bientôt la victime commet-il un acte répréhensible en arrêtant cette reproduction?

 

« Dieu a donné à l’homme sur tous les êtres vivants un pouvoir dont il doit user pour le bien, mais non abuser. Il peut régler la reproduction selon les besoins il ne doit pas l’entraver sans nécessité. L’action intelligente de l’homme est un contrepoids établi par Dieu pour ramener l’équilibre entre les forces de la nature, et c’est encore ce qui le distingue des animaux, parce qu’il le fait avec connaissance de cause mais les animaux eux-mêmes concourent aussi à cet équilibre, car l’instinct de destruction qui leur a été donné fait que, tout en pourvoyant à leur propre conservation, ils arrêtent le développement excessif, et peut-être dangereux, des especes animales et végétales dont ils se nourrissent. »

 

694. Que faut-il penser des usages qui ont pour effet d’arrêter la reproduction en vue de satisfaire la sensualité?

 

« Cela prouve la prédominance du corps sur l’âme, et combien l’homme est dans la matière.»

 

 

Fragment de l’oeuvre « Le Livre Des Esprits », recueillis et mis en ordre par Allan Kardec

 

Publieé sur les Editions De L’Union Spirite Kardeciste Belge (1954)

 

***

 

            Autres informations :

 

 

– Notres Études spirites – publiés tous les Jeudis    

 

Questions et Réponses

 

« Le Livre des Esprits » disponible pour le téléchargement gratuit – version de site Domaine Public  

 

– Pour connaître les Oeuvres Basiques de la Doctrine Espirite Chrétienne, cliquez ici  

 

 

Pouvoir occulte. Talismans. Sorciers février 12, 2009

Posted by My profile in Études Spirites, Le Livre des Esprits, Paix.
Tags: , , , , , , , , , , , ,
add a comment

551. Un homme méchant peut-il, à l’aide d’un mauvais Esprit qui lui est dévoué, faire du mal à son prochain?

 

« Non, Dieu ne le permettrait pas. »

 

552. Que penser de la croyance au pouvoir qu’auraient certaines personnes de jeter des sorts?

 

« Certaines personnes ont un pouvoir magnétique très grand dont elles peuvent faire un mauvais usage si leur propre Esprit est mauvais, et dans ce cas elles peuvent être secondées par d’autres mauvais Esprits; mais ne croyez pas à ce prétendu pouvoir magique qui n’est que dans l’imagination des gens superstitieux, ignorants des véritables lois de la nature. Les faits que l’on cite sont des faits naturels mal observés et surtout mal compris. »

 

553. Quel peut-être l’effet des formules et pratiques à l’aide desquelles certaines personnes prétendent disposer de la volonté des Esprits?

 

« Cet effet est de les rendre ridicules si elles sont de bonne foi dans le cas contraire, ce sont des fripons qui méritent un châtiment. Toutes les formules sont de la jonglerie; il n’y a aucune parole sacramentelle, aucun signe cabalistique, aucun talisman qui ait une action quelconque sur les Esprits, car ceux-ci ne sont attirés que par la pensée et non par les choses matérielles. »

 

– Certains Esprits n’ont-ils pas eux-mêmes, quelquefois. dicté des formules cabalistiques?

 

« Oui, vous avez des Esprits qui vous indiquent des signes, des mots bizarres ou qui vous prescrivent certains actes à l’aide desquels vous faites ce que vous appelez des conjurations; mais soyez bien assurés que ce sont des Esprits qui se moquent de vous et abusent de votre crédulité. »

 

554. Celui qui, à tort ou à raison, a confiance dans ce qu’il appelle la vertu d’un talisman, ne peut-il par cette confiance même attirer un Esprit ; car alors c’est la pensée qui agit; le talisman n’est qu’un signe qui aide à diriger la pensée?

 

« C’est vrai; mais la nature de l’Esprit attiré dépend de la pureté de l’intention et de l’élévation des sentiments; or, il est rare que celui qui est assez simple pour croire à la vertu d’un talisman n’ait pas un but plus matériel que moral; dans tous les cas, cela annonce une petitesse et une faiblesse d’idées qui donne prise aux Esprits imparfaits et moqueurs. »

 

555. Quel sens doit-on attacher à la qualification de sorcier?

 

« Ceux que vous appelez sorciers sont des gens, quand ils sont de bonne foi, qui sont doués de certaines facultés, comme la puissance magnétique ou la seconde vue; et alors, comme ils font des choses que vous ne comprenez pas, vous les croyez doués d’une puissance surnaturelle. Vos savants n’ont-ils pas souvent passé pour des sorciers aux yeux des gens ignorants?

 

Le spiritisme et le magnétisme nous donnent la clef d’une foule de phénomènes sur lesquels l’ignorance a brodé une infinité de fables où les faits sont exagérés par l’imagination. La connaissance éclairée de ces deux sciences, qui n’en font qu’une pour ainsi dire, en montrant la réalité des choses et leur véritable cause, est le meilleur préservatif contre les idées superstitieuses, parce qu’elle montre ce qui est possible et ce qui est impossible, ce qui est dans les lois de la nature, et ce qui n’est qu’une croyance ridicule.

 

556. Certaines personnes ont-elles véritablement le don de guérir par le simple attouchement?

 

« La puissance magnétique peut aller jusque là quand elle est secondée par la pureté des sentiments et un ardent désir de faire le bien, car alors les bons Esprits viennent en aide; mais il faut se défier de la manière dont les choses sont racontées par des personnes trop crédules ou trop enthousiastes, toujours dis posées à voir du merveilleux dans les choses les plus simples et les plus naturelles. Il faut aussi se  défier des récits intéressés de la part de gens qui exploitent la crédulité à leur profit. »

 

 

Fragment de l’oeuvre « Le Livre Des Esprits », recueillis et mis en ordre par Allan Kardec

 

Publieé sur les Editions De L’Union Spirite Kardeciste Belge (1954)

 

***

 

            Autres informations :

 

 

– Notres Études spirites – publiés tous les Jeudis    

 

Questions et Réponses

 

« Le Livre des Esprits » disponible pour le téléchargement gratuit – version de site Domaine Public  

 

– Pour connaître les Oeuvres Basiques de la Doctrine Espirite Chrétienne, cliquez ici  

 

Influence des Esprits sur les événements de la vie janvier 29, 2009

Posted by My profile in Études Spirites, Le Livre des Esprits, Paix.
Tags: , , , , , , , ,
add a comment

525. Les Esprits exercent-ils une influence sur les événements de la vie?

 

« Assurément, puisqu’ils te conseillent. »

 

– Exercent-ils cette influence autrement que par les pensées qu’ils suggèrent, c’est-à dire on-tils une action directe sur l’accomplissement des choses ?

 

« Oui, mais ils n’agissent jamais en dehors des lois de la nature. »

 

 

Nous nous figurons à tort que l’action des Esprits ne doit se manifester que par des phénomènes extraordinaires; nous voudrions qu’ils nous vinssent en aide par des miracles, et nous nous les représentons toujours armés d’une baguette magique. Il n’en est point ainsi; voilà pourquoi leur intervention nous parait occulte, et ce qui se fait par leur concours nous semble tout naturel. Ainsi, par exemple, ils provoqueront la réunion de deux personnes qui paraitront se rencontrer par hasard; ils inspireront à quelqu’un la pensée de passer par tel endroit; Ils appelleront son attention sur tel point, si cela doit amener le résultat qu’ils veulent obtenir; de telle sorte que l’homme, ne croyant suivre que sa propre impulsion, conserve toujours son libre arbitre.

 

 

526. Les Esprits ayant une action sur la matière peuvent-ils provoquer certains effets en vue de faire accomplir un événement? Par exemple, un homme doit périr il monte à une échelle, l’échelle se brise et l’homme se tue; sont-ce les Esprits qui ont fait briser l’échelle pour accomplir la destinée de cet homme?

 

« Il est bien vrai que les Esprits ont une action sur la matière, mais pour l’accomplissement des lois de la nature et non pour y déroger en faisant surgir à point nommé un événement inattendu et contraire à ces lois. Dans l’exemple que tu cites, l’échelle s’est rompue parce qu’elle était vermoulue ou n’était pas assez forte pour supporter le poids de l’homme; s’il était dans la destinée de cet homme de périr de cette manière, ils lui inspireront la pensée de monter àcette échelle qui devra se rompre sous son poids, et sa mort aura lieu par un effet naturel et sans qu’il soit besoin de faire un miracle pour cela. »

 

 

527. Prenons un autre exemple où l’état naturel de la matière ne soit pour rien; un homme doit périr par la foudre; il se réfugie sous un arbre, la foudre éclate et il est tué, Les Esprits ont-ils pu provoquer la foudre et la diriger sur lui ?

 

 

« C’est encore la même chose. La foudre a éclaté sur cet arbre et à ce moment, parce qu’il était dans les lois de la nature qu’il en fût ainsi elle n’a point été dirigée sur cet arbre parce que l’homme était dessous, mais il a été inspiré à l’homme la pensée de se réfugier sous un arbre sur lequel elle devait éclater; car l’arbre n’en aurait pas moins été frappé, que l’homme fût ou ne fût pas dessous. »

 

 

528. Un homme mal intentionné lance sur quelqu’un un projectile qui l’effleure et ne l’atteint pas. Un Esprit bienveillant peut-il l’avoir détourné?

 

« Si l’individu ne doit pas être atteint, l’Esprit bienveillant lui inspirera la pensée de se détourner, ou bien il pourra éblouir son ennemi de manière àle faire mal viser; car le projectile une fois lancé suit la ligne qu’il doit parcourir. »

 

529. Que doit-on penser des balles enchantées dont il est question dans certaines légendes, et qui atteignent fatalement un but?

 

« Pure imagination; l’homme aime le merveilleux et ne se contente pas des merveilles de la nature. »

 

– Les Esprits qui dirigent les événements de la vie peuvent-ils être contrecarrés par des Esprits qui voudraient le contraire?

 

« Ce que Dieu veut doit être; s’il y a retard ou empêchement, c’est par sa volonté. »

 

 

Fragment de l’oeuvre « Le Livre Des Esprits », recueillis et mis en ordre par Allan Kardec

 

Publieé sur les Editions De L’Union Spirite Kardeciste Belge (1954)

 

***

 

            Autres informations :

 

 

– Notres Études spirites – publiés tous les Jeudis    

 

Questions et Réponses

 

« Le Livre des Esprits » disponible pour le téléchargement gratuit – version de site Domaine Public  

 

– Pour connaître les Oeuvres Basiques de la Doctrine Espirite Chrétienne, cliquez ici