jump to navigation

Pardonnez pour que Dieu vous pardonne septembre 25, 2008

Posted by My profile in Études Spirites, L'Évangile selon le Spiritisme, Paix.
Tags: , , , ,
add a comment

1. Bienheureux ceux qui sont miséricordieux, parce qu’ils obtiendront euxmêmes miséricorde. (Saint Matthieu, ch. V, v. 7.)

 

2. Si vous pardonnez aux hommes les fautes qu’ils font contre vous, votre Père céleste vous pardonnera aussi vos péchés; – mais si vous ne pardonnez point aux hommes lorsqu’ils vous ont offensés, votre Père ne vous pardonnera point non plus vos péchés. (Id., ch. VI, v. 14, 15.)

 

3. Si votre frère a péché contre vous, allez lui représenter sa faute en particulier, entre vous et lui; s’il vous écoute, vous aurez gagné votre frère. – Alors Pierre s’approchant lui dit: Seigneur, combien de fois pardonnerai-je à mon frère lorsqu’il aura péché contre moi? Sera-ce jusqu’à sept fois? – Jésus lui répondit: Je ne vous dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à septante fois sept fois. (Id., ch. XVIII, v. 15, 21, 22.)

 

4. La miséricorde est le complément de la douceur; car celui qui n’est pas miséricordieux ne saurait être doux et pacifique; elle consiste dans l’oubli et le pardon des offenses. La haine et la rancune dénotent une âme sans élévation ni grandeur; l’oubli des offenses est le propre de l’âme élevée qui est au-dessus des atteintesqu’on peut lui porter; lune est toujours anxieuse, d’une susceptibilité ombrageuse et pleine de fiel; l’autre est calme, pleine de mansuétude et de charité.

 

 

Malheur à celui qui dit: Je ne pardonnerai jamais, car s’il n’est pas condamné par les hommes, il le sera certainement par Dieu; de quel droit réclamerait-il le pardon de ses propres fautes si lui-même ne pardonne pas celles des autres? Jésus nous enseigne que la miséricorde ne doit pas avoir de limites, quand il dit de pardonner à son frère, non pas sept fois, mais septante fois sept fois.

 

 

Mais il y a deux manières bien différentes de pardonner: l’une grande, noble, vraiment généreuse, sans arrière-pensée, qui ménage avec délicatesse l’amour-propre et la susceptibilité de l’adversaire, ce dernier eût-il même tous les torts; la seconde par laquelle l’offensé, ou celui qui croit l’être, impose à l’autre des conditions humiliantes, et fait sentir le poids d’un pardon qui irrite au lieu de calmer; s’il tend la main, ce n’est pas avec bienveillance, mais avec ostentation afin de pouvoir dire à tout le monde : Voyez combien je suis généreux! Dans de telles circonstances, il est impossible que la réconciliation soit sincère de part et d’autre. Non, ce n’est pas là de la générosité, c’est une manière de satisfaire l’orgueil. Dans toute contestation, celui qui se montre le plus conciliant, qui prouve le plus de désintéressement, de charité et de véritable grandeur d’âme se conciliera toujours la sympathie des gens impartiaux.

 

 

Fragment de l’oeuvre « L’Évangile selon le Spiritisme », recueillis et mis en ordre par Allan Kardec (version trouvée dans le Domaine Public)

 

Paris – Imprimerie de P. – A. BOURDIER et Ce, rue des Poitevins, 6.

 

***

 

            Autres informations :

 

 

– Notres Études spirites – publiés tous les Jeudis    

 

Questions et Réponses

 

« L’Évangile selon le Spiritisme  » disponible pour le téléchargement gratuit – version de site Domaine Public  

 

– Pour connaître les Oeuvres Basiques de la Doctrine Espirite Chrétienne, cliquez ici  

Dieu et l’infini septembre 18, 2008

Posted by My profile in Études Spirites, Le Livre des Esprits, Paix, Questions et Réponses.
Tags: , , , ,
add a comment

1. Qu’est-ce que Dieu?

 

« Dieu est l’intelligence suprême, cause première de toutes choses ».

 

2. Que doit-on entendre par l’infini?

 

« Ce qui n’a ni commencement ni fin; l’inconnu; tout ce qui est inconnu est infini. »

 

3. Pourrait-on dire que Dieu c’est l’infini?

 

« Définition incomplète. Pauvreté de la langue des hommes qui est insuffisante pour définir les choses qui sont au-dessus de leur intelligence. »

 

Dieu est infini dans ses perfections, mais l’infini est une abstraction; dire que Dieu est l’infini, c’est prendre l’attribut pour la chose même, et définir une chose qui n’est pas connue par une chose qui ne l’est pas davantage.

 

 

Fragment de l’oeuvre « Le Livre Des Esprits », recueillis et mis en ordre par Allan Kardec

 

Publieé sur les Editions De L’Union Spirite Kardeciste Belge (1954)

 

***

 

            Autres informations :

 

 

– Notres Études spirites – publiés tous les Jeudis    

 

Questions et Réponses

 

« Le Livre des Esprits » disponible pour le téléchargement gratuit – version de site Domaine Public  

 

– Pour connaître les Oeuvres Basiques de la Doctrine Espirite Chrétienne, cliquez ici  

 

 

 

 

Causes antérieures des afflictions septembre 11, 2008

Posted by My profile in Études Spirites, L'Évangile selon le Spiritisme, Paix.
Tags: , , , ,
add a comment

Bienheureux les affligés 

 

 

Causes antérieures des afflictions

Mais s’il est des maux dont l’homme est la première cause dans cette vie, il en est d’autres auxquels il est, en apparence du moins, complétement étranger, et qui semblent le frapper comme par fatalité. Telle est, par exemple, la perte d’êtres chéris, et celle des soutiens de famille; tels sout encore les accidents que nulle prévoyance ne pouvait empêcher; les revers de fortune qui déjouent toutes les mesures de prudence; les fléaux naturels; puis les infirmités de naissance, celles surtout qui ôtent à des malheureux les moyens de gagner leur vie par le travail: les difformités, l’idiotie, le crétinisme, etc.

 

 

Ceux qui naissent dans de pareilles conditions n’ont  assurément rien fait dans cette vie pour mériter un sort si triste, sans compensation, qu’ils ne pouvaient éviter, quils sont dans l’impuissance de changer par euxmêmes, et qui les met à la merci de la commisération publique. Pourquoi donc des êtres si disgraciés, tandis qu’à côté, sous le même toit, dans la même famille, d’autres sont favorisés sous tous les rapports?

 

 

Que dire enfin de ces enfants qui meurent en bas âge et n’ont connu de la vie que les souffrances? Problèmes qu’aucune philosophie n’a encore pu résoudre, anomalies qu’aucune religion n’a pu justifier, et qui seraient la négation de la bonté, de la justice et de la providence de Dieu, dans l’hypothèse que l’âme est créée an même temps que le corps, et que son sort est irrévocablement fixé après un séjour de quelques instants sur la terre. Qu’ont-elles fait, ces âmes qui viennent de sortir des mains du Créateur, pour endurer tant de misères ici-bas, et mériter dans l’avenir une récompense ou une punition quelconque, alors qu’elles n’ont pu faire ni bien ni mal?

 

 

Cependant, an vertu de l’axiome que tout effet a une cause, ces misères sont des effets qui doivent avoir une cause; et dès lors qu’on admet un Dieu juste, cette cause doit être juste. Or, la cause précédant toujours l’effet, puisqu’elle n’est pas dans la vie actuelle, elle doit être antérieure à cette vie, c’est-à-dire appartenir à une existence précédente. D’un autre côté, Dieu îie pouvant punir pour le bien qu’on a fait, ni pour le mal qu’on n’a pas fait; si nous sommes punis, c’est que nous avoiis fait le mal; Si nous n’avons pas fait le mal dans cette vie, nous l’avons fait dans une autre. C’est une alternative à laquelle il est impossible d’échapper, et dans laquelle la logique dit de quel côté est la justice de Dieu.

 

 

L’homme n’est donc pas toujours puni, ou complètement puni dans son existence présente, mais il n’échappe jamais aux conséquences de ses fautes. La prospérité du méchant n’est que momentanée, et s’il n’expie aujourd’hui, il expiera demain, tandis que celui qui souffre en est à l’expiation de son passé. Le malheur qui, au premier abord, semble immérité, a donc sa raison d’être, et celui qui souffre peut toujours dire: «Pardonnez-moi, Seigneur, parce que j’ai péché.»

 

Fragment de l’oeuvre « L’Évangile selon le Spiritisme », recueillis et mis en ordre par Allan Kardec (version trouvée dans le Domaine Public)

 

Paris – Imprimerie de P. – A. BOURDIER et Ce, rue des Poitevins, 6.

 

***

 

            Autres informations :

 

 

– Notres Études spirites – publiés tous les Jeudis    

 

Questions et Réponses

 

« L’Évangile selon le Spiritisme  » disponible pour le téléchargement gratuit – version de site Domaine Public  

 

– Pour connaître les Oeuvres Basiques de la Doctrine Espirite Chrétienne, cliquez ici  

 

 

 

A l’etude de la Doctrine Spirite septembre 4, 2008

Posted by My profile in Études Spirites, Le Livre des Esprits, Paix, Questions et Réponses.
Tags: , , , ,
add a comment

                        La doctrine spirite, comme toute chose nouvelle, a ses adeptes et ses contradicteurs. Nous allons essayer de répondre à quelques-unes des objections de ces derniers, en examinant la valeur des motifs sur lesquels ils s’appuient sans avoir toutefois la prétention de convaincre tout le monde, car il est des gens qui croient que la lumière a été faite pour eux seuls. Nous nous adressons aux personnes de bonne foi, sans idées préconçues ou arrêtées quand même, mais sincèrement désireuses de s’instruire, et nous leur démontrerons que la plupart des objections que l’on oppose à la doctrine proviennent d’une observation incomplète des faits et d’un jugement porté avec trop de légèreté et de précipitation. Rappelons d’abord en peu de mots la série progressive des phénomènes qui ont donné naissance à cette doctrine.

 

                        Le premier fait observé a été celui d’objets divers mis en mouvement; on l’a désigné vulgairement sous le nom de tables tournantes ou danse des tables. Ce phénomène, qui paraît avoir été observé d’abord en Amérique, ou plutôt qui s’est renouvelé dans cette contrée, car l’histoire prouve qu’il remonte à la plus haute antiquité, s’est produit accompagné de circonstances étranges, telles que bruits insolites, coups frappés sans cause ostensible connue. De là, il s’est rapidement propagé en Europe et dans les autres parties du monde; il a d’abord soulevé beaucoup d’incrédulité, mais la multiplicité des expériences n’a bientôt plus permis de douter de la réalité.

 

 

                        Si ce phénomène eut été borné au mouvement des objets matériels, il pourrait s’expliquer par une cause purement physique. Nous sommes loin de connaître tous les agents occultes de la nature, ni toutes les propriétés de ceux que nous connaissons: l’électricité, d’ailleurs, multiplie chaque jour à l’infini les ressources qu’elle procure à l’homme, et semble devoir éclairer la science d’une lumière nouvelle. Il n’y avait donc rien d’impossible à ce que l’électricité, modifiée par certaines circonstances, ou tout autre agent inconnu, fût la cause de ce mouvement, la réunion de plusieurs personnes augmentant la puissance d’action semblait appuyer cette théorie, car on pouvait considérer cet ensemble comme une pile multiple dont la puissance est en raison du nombre des éléments.

 

 

                        Le mouvement circulaire n’avait rien d’extraordinaire: il est dans la nature; tous les astres se meuvent circulairement; nous pourrions donc avoir en petit un reflet du mouvement général de l’univers, où, pour mieux dire, une cause jusqu’alors inconnue pouvait produire accidentellement pour les petits objets et dans des circonstances données un courant analogue à celui qui entraîne les mondes.

 

Fragment de l’oeuvre « Le Livre Des Esprits », recueillis et mis en ordre par Allan Kardec

 

Publieé sur les Editions De L’Union Spirite Kardeciste Belge (1954)

 

***

 

            Autres informations :

 

 

– Notres Études spirites – publiés tous les Jeudis    

 

Questions et Réponses

 

« Le Livre des Esprits » disponible pour le téléchargement gratuit – version de site Domaine Public  

 

– Pour connaître les Oeuvres Basiques de la Doctrine Espirite Chrétienne, cliquez ici